THOMAS RACING DEVELOPPEMENT

THOMAS RACING DEVELOPPEMENT

MAGNY-COURS, novembre 2012

 

 

 

 

 

Du premier au quatre novembre 2012 avaient lieu sur la piste de Formule un de Magny-Cours deux compétitions. Les Rencontres régionales du premier au trois novembre, puis la Finale de la Coupe de France des circuits le dimanche 4.

 

Notre objectif était de participer aux deux compétitions pour finir notre stock de pneus usagés et préparer la saison 2013.

 

La liste des engagés dans ces compétitions a été une première surprise. Si certains pilotes placés au milieu ou en fin de classement de la Coupe de France 2012 avaient déclaré forfait, d'autres venant d'autres championnats étaient aux départs de ces courses. On notait donc la présence de quelques animateurs du Championnat V de V et la très surprenante participation de Nicolas SCHATZ qui vient de coiffer sa troisième couronne consécutive en Championnat de France de la Montagne au volant d'une Reynard de Formule 3000.

 

Evidemment, les deux leaders de la coupe de France: Blancherot (225 points) et Milési (246 points) étaient au départ pour ce dernier round de la Coupe.

 

Ainsi, 20 monoplaces de Formule 3, de Formule Master ou de Formule Renault se trouvaient engagées dans la course de Coupe de France dans la catégorie monoplaces et il y avait à peu près autant de participants en sport-prototypes où Nicolas SCHATZ pilotait une voiture prêtée pour la circonstance.

 

Dès nos premiers essais, nous constatons que nos pneus sont totalement inadaptés aux conditions climatiques.  Le froid, la piste grasse... Très grasse même...  Une Porsche engagée en catégorie Grand-tourisme avait cassé son carter et répandu 18 litres d'huile sur la piste dans la ligne droite des stands. En passant dans le lubrifiant répandu, les autos  entraînaient du gras sur une très grande partie du circuit. Et le gauche en bout de pit lane et  la courbe d'Estoril qui gouverne l'entrée dans la partie la plus rapide du circuit n'y ont malheureusement pas échappé.

 

Le freinage d'Adélaïde quoique délicat était resté relativement sain, mais les pilotes devaient faire très attention lors de la réaccélération particulièrement piégeuse ou il fallait parfois contrebraquer à deux reprises dans le même virage pour rester sur la piste.

 

La sortie d'Adélaïde quand ça se passe bien.

 

 

La suite du circuit bien grasse présentait quelques difficultés, mais on n'y remarquait pas trop d'huile. Cependant, la plupart des pilotes qui tentaient d'y refaire leur retard s'y sont fait prendre au moins une fois. Le droite du Chateau d'eau quant à lui était devenu une jolie patinoire où même en étant très prudent on avait parfois le loisir de longer le bac à gravier en contrebraquage en se demandant si on allait le visiter ou pas. 

 

Un autre virage, quand ça se passe moins bien...

 

 

Autant le dire tout de suite, nous avons subi la domination de tous ceux qui disposaient de pneus neufs.  Dans ces conditions dignes d'Holyday on ice, on a même vu une Formule trois chaussée de pneus Avon A15 retaillés. Des gommes normalement destinées à la course de côte... et d'ailleurs cela s'est révélé un choix judicieux de son pilote Sylvain JOT.

 

Ci-dessous, une vidéo tournée par Jean-Marc l'un de nos mécanos .

 

 

En fait, les courses se sont couru en deux pelotons : les leaders en pneus neufs et les attardés qui avec les moyens du bord faisaient contre mauvaise fortune bon coeur. Aux avants-postes des attardés, nous avons retrouvé une connaissance : la Tatuus pilotée par Geoffroy RIVET qui a terminé devant la notre au Vigeant un mois plus tôt. Geoffroy avait fini 4ème, nous 5èmes.

 

Ci-dessous  quelques tours de la bagarre avec Geoffroy. En fait de bagarre, nous nous battions un peu l'un contre l'autre, mais beaucoup plus tous les deux contre la piste... Et dans les trois courses, deux des rencontres régionales, une de Coupe de France, c'est Geoffroy qui a eu le dessus. Un style de pilotage un peu plus raisonnable que le notre. Il a commis quelques erreurs de moins et il a gagné notre course dans la course.

 

 

Geoffroy Rivet 11 ème, nous 12 ème... Pas de quoi pavoiser...

 

Pourtant les mécanos TRD ont passé une bonne partie du week-end a travailler sur le châssis pour essayer de le rendre un peu plus docile.

 

 

Ces efforts n'ont pas suffi...

 

Nous avons changé entre 12 et 15 fois de pneus tellement le temps évoluait vite. Entre des slicks à bout de souffle est des pluies beaucoup trop durs, les choix ont souvent été cornéliens. Et un "mécano" improvisé nous a même donné un petit coup de main dans cette mission : Henri NEEL, le vainqueur de l'épreuve de sports-prototypes de l'édition 2011.

 

En 2012, Henri a dû s'incliner devant l'immense talent de Nicolas SCHATZ qui n'a pas volé sa victoire.

 

En Formule Renault, c'est encore Sylvain Milesi qui décroche la timbale et surtout le titre dans la Coupe de France 2012.

 

Pour nous, l'année 2012 se solde après deux épreuves disputées sur huit comptant pour la Coupe par une 19 ème place au classement de la Coupe de France des circuits sur 41 pilotes ayant marqué des points.

 

Nous remercions particulièrement le garage VARINOT qui nous a soutenu pendant toute l'année.

 

TRD CARS are lubricated by RED LINE

 

 

 

 http://www.garage-varinot.fr/red-line-oil-huile-moteur/

 



06/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres